Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

RAMOS ROSA Antonio

Poète

Il naît à Faro dans l’Algarve en 1924. Sa région natale constitue l’essence de son inspiration. Il déménage ensuite à Lisbonne où il se consacre à la poésie. Ses textes expriment son rejet de l’oppression sociale et celui de la condition humaine.
En 1951, il fonde la revue Arvore, qui devient un moyen d’expression pour de grandes plumes de la poésie française comme René Char et Paul Éluard. Il est emprisonné sous le régime autoritaire et répressif d’António de Oliveira Salazar, l’Estado Novo, qu’il désapprouve.
Au cours d’une carrière longue de trente-cinq ans, il signe pas moins d’une centaine d’oeuvres, dont Le livre de l’ignorance et le Dieu nu qui lui valent d’obtenir le prix Pessoa, la plus haute distinction littéraire au Portugal, en 1988.
En 1990, il remporte le grand prix international de la poésie.
Il meurt à Lisbonne le 23 septembre 2013 des suites d’une pneumonie.

L’apprenti secret, traduit du portugais par Magali Montagné de Carvalho, Mazamet, Babel, 2005
Respirer l’ombre vive, traduit du portugais par Michel Chandeigne (Respirar a sombra viva), Éd. Lettres vives, 2000
Le cycle du cheval, suivi de Accords, traduit du portugais par Michel Chandeigne, préface de Robert Bréchon, Gallimard, 1998
À la table du vent, traduit du portugais par Patrick Quillier, préf. de Robert Bréchon, Nantes, Le Passeur-CECOFOP, 1995
Stries, traduit du portugais par Michel Chandeigne (Estrias), Lausanne, PAP, 1993
Clameurs, Éd. Spectres familiers, 1993
Le Livre de l’ignorance, Éd. Spectres familiers, 1993
Le cycle du cheval, traduit du portugais par Michel Chandeigne, préf. de Robert Bréchon, Le Muy, Éd. Unes, 1993
Le Dieu nu(l), traduit du portugais par Michel Chandeigne, préf. de Roger Munier, Éd. Lettres vives, 1990
Animal regard, traduit du portugais et présenté par Michel Chandeigne (Animal olhar), Le Muy, Éd. Unes, 1987