Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

HENRY Michel

Philosophe

Michel Henry est un philosophe et un romancier français né le 10 janvier 1922 à Haiphong (Viêt Nam) et mort le 3 juillet 2002 à Albi (France). Michel Henry a vécu au Viêt Nam jusqu’à l’âge de 7 ans ; alors qu’il n’avait que dix-sept jours, il y a perdu son père commandant dans la marine, à cause d’un accident de voiture. Il s’est ensuite installé en France avec sa mère et a fait ses études à Paris. En juin 1943, il s’engage dans la Résistance et il rejoint le maquis du Haut Jura sous le nom de code de Kant, et devra redescendre de la montagne pour accomplir ses missions dans Lyon occupé par les Allemands et quadrillé par les nazis, une expérience de la clandestinité qui va profondément marquer sa philosophie.

À l’issue de la guerre, il passe l’agrégation de philosophie, puis se consacre à la préparation d’une thèse sous la direction de Jean Hyppolite, Jean Wahl, Paul Ricœur, Ferdinand Alquié et Henri Gouhier. Il a consacré une dizaine d’années à la rédaction de sa thèse principale sur L’essence de la manifestation, qui a été publiée en 1963. La rédaction de sa thèse secondaire, intitulée Philosophie et phénoménologie du corps a été terminée dès 1950, mais publiée seulement en 1965.

Michel Henry a été, à partir de 1960, professeur de philosophie à l’Université de Montpellier où il a patiemment édifié son œuvre à l’écart des modes philosophiques et loin des idéologies dominantes. Le sujet unique de sa philosophie, c’est la subjectivité vivante, c’est-à-dire la vie réelle des individus vivants, cette vie qui traverse toute son œuvre et qui en assure la profonde unité en dépit de la diversité des thèmes abordés.

Son roman L’Amour les yeux fermés a obtenu le prix Renaudot en 1976.

Oeuvres publiées de son vivant

L’Essence de la manifestation, PUF, collection “Epiméthée”, 1963, et réédition 1990
Philosophie et Phénoménologie du corps, PUF, collection “Epiméthée”, 1965, et réédition 1987
Marx : I. Une philosophie de la réalité, Gallimard, 1976, et collection “Tel”, 1991
Marx : II. Une philosophie de l’économie, Gallimard, 1976, et collection “Tel”, 1991
Généalogie de la psychanalyse. Le commencement perdu, PUF, collection “Epiméthée”, 1985
La Barbarie, Grasset, 1987, et collection “Biblio Essais”, 1988, PUF, collection “Quadridge”, 2001
Voir l’invisible, sur Kandinsky, Bourin-Julliard, 1988, PUF, collection “Quadridge”, 2005, 2010
Phénoménologie matérielle, PUF, collection “Epiméthée”, 1990
Du communisme au capitalisme. Théorie d’une catastrophe, Odile Jacob, 1990, et Éditions l’Age d’Homme, 2008
C’est moi la Vérité. Pour une philosophie du christianisme, Éditions du Seuil, 1996
Incarnation. Une philosophie de la chair, Éditions du Seuil, 2000
Paroles du Christ, Éditions du Seuil, 2002

Ouvrages posthumes

Auto-donation. Entretiens et conférences, Éditions Prétentaine, 2002, réédition Beauchesne, 2004
Le bonheur de Spinoza, PUF, collection “Epiméthée”, 2003
Phénoménologie de la vie :
Tome I. De la phénoménologie, PUF, collection “Epiméthée”, 2003
Tome II. De la subjectivité, PUF, collection “Epiméthée”, 2003
Tome III. De l’art et du politique, PUF, collection “Epiméthée”, 2003
Tome IV. Sur l’éthique et la religion, PUF, collection “Epiméthée”, 2004
Entretiens, Éditions Sulliver, 2005
Le socialisme selon Marx, Éditions Sulliver, 2008
Pour une phénoménologie de la vie – entretien avec Olivier Salazar-Ferrer, suivi de Perspectives sur la phénoménologie matérielle par Grégori Jean & Jean Leclercq, Editions de Corlevour, 2010.

Œuvres littéraires

Le Jeune Officier, Gallimard, 1954
L’Amour les yeux fermés, Prix Renaudot, Gallimard, 1976, et collection “Folio”, 1982
Le Fils du roi, Gallimard, 1981
Le Cadavre indiscret, Albin Michel, 1996