Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

HADJADJ Fabrice

Philosophe, poète

Né dans une famille de confession juive, de parents militants révolutionnaires maoïstes en mai 68, athée et anarchiste durant son adolescence, Fabrice Hadjadj développe une pensée nihiliste qui aboutit à la parution de Objet perdu, en 1995, ouvrage qu’il dirige en collaboration avec Claude Alexandre et John Gelder et auquel collaborent notamment Houellebecq, Noguez, Vanheigem :

« J’ai très vite aimé des auteurs durs et violents. J’étais un fils de mon temps marqué par la télévision, par une culture profondément athée. J’avais le sentiment très aigu – chez moi cela avait atteint la conscience – que l’espèce humaine était une espèce finie. »

Si Marx, Fanon, Reich et Althusser font partie des références familiales, il développe un goût particulier pour Nietzsche et Bataille en philosophie, Flaubert et Céline en littérature, goût qui ne se dément pas au fil de ses écrits.

Apprenant la maladie (finalement bénigne) de son père, il se rend à l’église Saint-Séverin à Paris et se convertit devant la statue de la Vierge Marie. Il est baptisé quelques mois plus tard à l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes en 1998. Il refuse d’ailleurs, dans ses interviews, de s’étendre sur cette partie de sa vie :

« Les témoignages glissent trop facilement vers le sentimental et le spectaculaire, au détriment d’une nourriture de l’intelligence. Dans un portrait, on fait des choix, souvent on dit ce qu’il y a de bien, de lisse. Ma conversion n’est pas un élément passé. Tout ce qui vient de Dieu nous conduit à Dieu. La question c’est plutôt : comment je n’étais pas croyant ? »

Il se contente de se présenter comme « juif de nom arabe et de confession catholique ».

Attiré par la vie religieuse, il se marie finalement avec l’actrice Siffreine Michel et est père de quatre filles et deux garçons.

Il est professeur de philosophie et de littérature au lycée privé Sainte-Jeanne-d’Arc, en faculté à l’Institut de Philosophie Comparée de Paris, et au séminaire à Toulon (Var)1.

Ami du mouvement italien « Communion et Libération », dont il n’est cependant pas membre, il se rend depuis plusieurs années au Meeting annuel de Rimini, en août : en 2010, il a assuré le discours de clôture devant près de 25 000 personnes. Après avoir vécu à proximité de Brignoles, dans le Var, il réside depuis août 2012 à Fribourg en Suisse où il dirige l’Institut Philanthropos fondé par Yves Sémen.

En 2010, il est à l’origine avec Pierre Gelin des « Dimanches de Cana », initiative qui se donne pour objectif de vivre chrétiennement et en famille le jour du dimanche, par la fête, le repas, la danse, le théâtre, la culture, le jeu, la prière, etc. Les Dimanches de Cana ont lancé parallèlement un parcours philosophique, appelé « Parcours Bêta », série de conférences données par Fabrice Hadjadj. En 2010-2011, le parcours a pour thème : « Pourquoi vivons-nous ? » En 2011-2012, Fabrice Hadjadj choisit d’aborder « les mystères du sexe ».

En janvier 2012, Fabrice Hadjadj est annoncé comme le nouveau directeur de l’Institut Européen d’Études Anthropologiques Philanthropos, à Fribourg. Il entrera en fonction à la rentrée 2012-2013, juste après avoir déménagé à Fribourg avec toute sa famille.

En 2006, il est le récipiendaire du Grand Prix catholique de littérature pour Réussir sa mort. Anti-méthode pour vivre.

En 2009, il reçoit le Prix du Cercle Montherlant – Académie des Beaux-Arts pour L’Agneau mystique, le retable des frères Van Eyck.

En 2010, le Prix de littérature religieuse lui est décerné pour La foi des démons.

En 2013, il est le lauréat du prix « Spiritualités d’aujourd’hui », grâce à son livre Comment parler de Dieu aujourd’hui.

Le 6 février 2014, il est nommé membre du Conseil pontifical pour les laïcs

Tetsuo-Marcel Kato, Traité de Bouddhisme zen à l’usage du bourgeois d’Occident, Parc, coll. « Collection grise 10 x 15 »,‎ 1998
Fabrice Hadjadj, Et les violents s’en emparent, Saint-Victor-de-Morestel, Les Provinciales,‎ 1999
Fabrice Hadjadj, La Terre chemin du ciel, Paris / Saint-Victor-de-Morestel, Cerf / Les Provinciales, coll. « Les Provinciales »,‎ 2002
Fabrice Hadjadj, À quoi sert de gagner le monde : Une vie de saint François Xavier, Saint-Victor-de-Morestel, Les Provinciales,‎ 2002
Fabrice Hadjadj et Gérard Breuil, La Salle capitulaire, Saint-Victor-de-Morestel, Les Provinciales,‎ 2003
Arcabas et Fabrice Hadjadj (préf. Paul Poupard), Passion Résurrection, Paris, Cerf / CFRT, coll. « Images & Beaux livres »,‎ 2004
Fabrice Hadjadj, Réussir sa mort : Anti-méthode pour vivre, Paris, Presses de la Renaissance,‎ 2005. Grand Prix catholique de littérature 2006.
Fabrice Hadjadj, Massacre des innocents : Scènes de ménage et de tragédie, Saint-Victor-de-Morestel, Les Provinciales,‎ 2006
Philippe Barbarin et Fabrice Hadjadj, Jardins intérieurs, regards croisés sur l’art et la foi, Parole et Silence, 2007
Fabrice Hadjadj, La Profondeur des sexes : Pour une mystique de la chair, Paris, Seuil, coll. « Les dieux et les hommes », 2008
Fabrice Hadjadj, L’Agneau mystique : Le retable des frères Van Eyck, Paris, L’Œuvre,‎ 2008. Prix du Cercle Montherlant – Académie des Beaux-Arts 2009
Fabrice Hadjadj, Pasiphaé : ou comment l’on devient la mère du Minotaure, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Littérature ouverte »,‎  2009
Fabrice Hadjadj, La Foi des démons ou l’athéisme dépassé, Paris, Salvator, coll. « Forum »,‎ 2009. Prix de littérature religieuse 2010.
Fabrice Hadjadj et Fabrice Midal, Qu’est-ce que la vérité ?, Paris, Salvator, coll. « Controverses »,‎ 2010
Fabrice Hadjadj, Jugement dernier : Le retable de Beaune, Paris, L’Œuvre,‎ 2010
Fabrice Hadjadj, Le Paradis à la porte : Essai sur une joie qui dérange, Paris, Seuil, coll. « Les dieux et les hommes »,‎ 201
Fabrice Hadjadj, Job ou la torture par les amis, Paris, Salvator,‎ 201
Fabrice Hadjadj, Comment parler de Dieu aujourd’hui : Anti-manuel d’évangélisation, Paris, Salvator, coll. « Forum »,‎ 2012
Fabrice Hadjadj, Rien à faire : Solo pour un clown, Magnanville, Le Passeur,‎ 2013
Fabrice Hadjadj, Puisque tout est en voie de destruction : Réflexions sur la fin de la culture et de la modernité, Le Passeur,‎ 2014
Fabrice Hadjadj, Qu’est-ce qu’une famille, Salvator,‎ 2014