Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

ENGLERT Béatrice

Artiste peintre

Naissance à Paris en 1952.
Le sculpteur Jean-Paul Luthringer l’initie tant au dessin qu’à la sculpture sur pierre en taille directe. 1965-1968.
Entre aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Louis Leygues en 1969.
A partir de sa rencontre en 1971 avec le peintre et photographe américain Jerry Plucer-Sarna, la peinture prendra peu à peu le pas sur la sculpture.
Première exposition de pastels à Paris en 1978, à la Galerie Anne Colin commentée dans Le Monde par Jean-Louis Dunoyer. Les expositions à Paris se succèdent.
Première exposition personnelle aux Etats-Unis, “Uhlemann” Dallas, Texas en 1983.
En 1985, exposition personnelle à la galerie Omorfos, Paris, essentiellement des encres et aquarelles de costumes de théatre.
En 1989, une longue série de pastels secs inaugure ses recherches picturales liées à la représentation de la psychologie et de la forme humaine entre réel et surréel.
Les thèmes principaux abordés durant cette période sont les salles d’attente, le huis clos, le miroir, le hublot.
A partir de 1995 et jusqu’en 1999, la Galerie Horizon, Paris, lui consacrera chaque année une exposition personnelle.
En 1998, rencontre avec Jean-Marc Baillieu, poète et essayiste français avec qui elle mènera divers projets autour du thème de la main, notamment “La main, le mot”.
En 1999, Béatrice Englert fait la connaissance de Roberta Carasso, historienne et critique d’art américaine.
A partir de cette année 1999, elle tisse de nombreux liens aux Etats-Unis où elle expose depuis régulièrement, notamment au Texas, à Dallas puis à Houston, Hooks-Epstein Galleries ainsi qu’en Californie à Laguna Beach.
Jean-Marc Baillieu accompagne l’exposition à la galerie Horizon par son recueil de poèmes : “La main, Le mot”.
En 2000, commence une succession de très longs triptyques sur les thèmes de la gare, du métro et du huis clos qui en résulte.
Expositions personnelles à la galerie Pierre-Michel D, Paris et Galerie 224, Laguna Beach, Californie.
En 2001, à nouveau une exposition personnelle à la Galerie Pierre-Michel D, Paris.
Incorpore à cette époque la peinture à l’huile aux pastels secs.
Conjointement à la peinture et à la sculpture, son travail s’est conjugué aux écrits de poètes et écrivains: en 2000, Jean Peyrole la met en relation avec Jean-Pierre Chambon, poète et écrivain français. Une longue collaboration s’en suivra aboutissant à diverses expositions et publications.
“Through the Window”, exposition personnelle à la Galerie hooks-Epstein à Houston, Texas.
En 2003, première recherche sur le thème de la tête, à partir d’une sculpture réalisée en 2000. Ce sera le début d’une approche sculpturale de sa peinture à l’huile.Conçoit un projet pour la Chapelle St Léonard de Croissy à partir du texte “Le roi errant” de Jean-Pierre Chambon paru chez Gallimard.
La galerie Ileana Bouboulis lui consacre aussi cette année-là une exposition personnelle.
En 2004, à nouveau exposition personnelle à la Galerie Ileana Bouboulis.
En 2007, invitée en résidence à l’Avant-Rue, Paris. Elle conçoit alors un projet pensé spécialement pour ce lieu urbain et industriel: “Les Orateurs” à travers des toiles monumentales et le développement d’une action théatrale, poétique et sonore pour laquelle elle demande à Jean-Pierre Chambon d’imaginer le monologue de l’orateur.
Participe également à Europ’ Art à Genève.
2008, début d’une nouvelle série monumentale sur le thème de la tête.
Participe à Europ’ Art à Genève.
En 2009, la rencontre avec le poète et éditeur américain Ron Offen se prolonge par une longue correspondance maintenant archivée à Chicago ainsi que par des illustrations pour sa revue poétique “Free Lunch”.
Elle collabore régulièrement avec Alain Freixe, poète et critique littéraire, notamment par la réalisation de livres d’artiste tels que ceux de la collection des livres pauvres de Daniel Leuwers ou les Cahiers du Museur , entre autres “Vers les visages” ainsi que dans la collection “A côté”.
En 2009, également exposition personnelle au Musée Manoli à La Richardais , “Sentinelles et Vigies, huiles et pierres.
Récemment, a commencé à collaborer avec Paul de Brancion, poète et écrivain français, notamment pour accompagner par des peintures ses écrits dans le cadre de la Périfolie au Marché de la Poésie ainsi que lors de rencontres littéraires.

Sélection de livres d’artiste et ouvrages illustrés
L’Amourier édition “Nuée de corbeaux dans la bibliothèque” de Jean-Pierre Chambon
“Assombrissement” de Jean-Pierre Chambon
Revue Nunc n° 12 – éditions Corlevour
Les Cahiers du museur “Vers les visages” d’Alain Freixe
Les Cahiers du museur “Vent du soir” d’Alain Freixe
“La main, le mot” de Jean-Marc Baillieu

BIBLIOGRAPHIE – Parutions- sélection
Texte de Claude Mollard “Béatrice Englert ou la quête de l’ultra-visible” – paru dans le
Beaux Arts Magazine hors série de la Fondation de l’Ermitage, printemps 2018
Béatrice Englert par Jean-Luc Chalumeau éditions Cercle d’art dans la collection “Découvrons l’art” 2011, extrait sur ce site dans la rubrique “Textes critiques” .
“Head on”par Ann Cremin 2010, texte à consulter sur ce site dans la rubrique “Textes critiques”.
“Béatrice Englert “dessins” Gérard Xuriguera, éditions FVW, 2009.
“Englert, Tête à tête” Gérard Xuriguera, éditions FVW, 2008
Mondher Ben Milad, “à propos du triptyque George Sand et les siens”. dans les Cahiers de la peinture, N°375, 2005.
“Englert, une humanité ambivalente” par Gérard Xuriguera, éditions FVW, 2004.
Serge Lenczner “de l’unicité des légendes et secrets”, texte à consulter sur ce site dans la rubrique “Textes critiques”.

FILMOGRAPHIE
“BEATRICE ENGLERT, SCULPTER AU PINCEAU” ECA Production 2012