Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

BALLIF Claude

Musicien, compositeur

Né d’un père militaire et d’une mère issue d’une famille de maîtres de forge, Claude Ballif, cinquième enfant d’une fratrie de dix, grandit dans un milieu bourgeois.
Il débute ses études musicales avec le violon, à l’âge de six ans. Les trois écossaises de Chopin et surtout le Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy sont les premières œuvres qui le marquent (il les possédait en disque). À l’âge de 13 ans, il suit son père àMadagascar. Il y reste trois ans et rentre en 1940 à Bordeaux. Il s’inscrit deux ans plus tard, à 18 ans, au conservatoire : ses parents qui n’étaient pas particulièrement favorables à son choix de devenir musicien finissent par l’accepter. À 24 ans, deux ans après son premier opus, “Cendres”, il entre au conservatoire de Paris où il étudie notamment avec Olivier Messiaen. Mais il ne s’y sent pas à l’aise : son caractère indépendant (qu’il conservera toute sa vie) le pousse à quitter de lui-même et sans diplôme cette institution. À 28 ans, il rencontre Freddy Goldbeck qui l’incite à demander une bourse D.D.A.D. pour achever ses études au conservatoire de Berlin : il l’obtient dans sa trentième année. Il achève pendant cette période de rédiger “L’introduction à la métatonalité”. Il sort à 31 ans diplômé en composition du conservatoire de Berlin, ayant suivi les cours de Blacher et Rufer. Il obtient la même année le premier prix de composition du concours international de Genève pour “Lovecraft” et son “Premier quatuor à cordes”. Il commence à suivre l’année suivante, et pendant trois ans, les cours d’été de Darmstadt, où il fréquente John Cage, Pierre Boulez, Luigi Nono et Karlheinz Stockhausen.

Il rencontre alors Jean Wahl et débute ses conférences au Collège Philosophique pour une durée de cinq ans. Il intègre parallèlement leGroupe de recherches musicales (GRM), dirigé par Pierre Schaeffer, où il compose entre autres ses premiers “Solfeggietti”. À 39 ans, il est nommé professeur d’histoire de la musique et d’analyse à l’École normale de musique. Il se marie avec Elisabeth, elle aussi fille de militaire, et quitte le GRM. Deux ans plus tard, il est nommé au conservatoire de Reims. Il fête ses 44 ans pendant les événements de mai 68. Il rencontre cette année-là Ivan Wyschnegradsky, sert de sujet à La Revue Musicale qui lui consacre un numéro et publie son ouvrage sur Berlioz.

Il est nommé à 47 ans professeur au CNSMD de Paris. Il obtient trois ans plus tard le prix Honegger pour sa symphonie “La vie du monde qui vient”. Il débute à 52 ans, suite à des invitations, une série de voyages pour enseigner la composition dans les plus prestigieuses universités du monde (Harvard, Pékin…).

À 58 ans, il est nommé professeur associé de composition au CNSMD de Paris, poste qu’il conservera jusqu’à sa retraite. À 60 ans, il est le « compositeur de l’été » du Festival estival de Paris et débute une série de résidences dans différentes villes. Il quitte le CNSMD de Paris à 66 ans et ouvre une classe de composition et d’analyse au conservatoire de Sevran. Il occupera ce poste pendant dix ans. À 77 ans, il prend la direction du « département de la musique » pour le compte du gouvernement Vénézuélien.