Editions de Corlevour
97, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY

A partir du 1er janvier 2020
Distribution : HACHETTE
Diffusion : Réginald Gaillard
gaillard.reginald@gmail.com

Avec Dostoiëvski

7,0017,00

André Suarès
170 p. ; 14,5 x 22 cm
ISBN : 978-2-37209-089-6

Effacer
UGS : ND Catégories : ,

Description

Dès l’âge de vingt ans, en 1888, Suarès s’est reconnu dans Dostoïevski. Il est l’auteur du premier grand livre publié en France sur le romancier russe qu’il a médité toute sa vie. Cet ouvrage reprend la grande étude éditée par Péguy en 1911, devenue introuvable, mais aussi tous les textes de Suarès au sujet de l’un de ses intercesseurs majeurs, avec Shakespeare et Wagner, sur le chemin de salut artistique et spirituel qu’il propose.
Dans une note inédite, Suarès affirme que « le monde pathétique de Dostoïevski est une quête permanente de Dieu. Qui est-il ? s’interroge-t-il ; où et comment ? Qu’est-ce que l’homme sans Dieu ? et qu’est-ce avec lui ? »
Ce livre permet de comprendre ce qu’il avait annoncé à Paul Claudel, et nous invite à le rejoindre sur l’autre rive, où toutes les prophéties s’accomplissent sous nos yeux : « Avec Dostoïevski, j’ai fait un voyage dans les abîmes. »

« Pour nous, au lendemain de la guerre, les trois grands écrivains français, c’étaient Claudel, Gide et Suarès. » André Malraux

Informations complémentaires

Version

Papier, Numérique

André Suarès

« André Suarès est un des plus beaux écrivains français de ce siècle, et non seulement par le talent, mais par le caractère, vertu des plus rares chez les écrivains, et sans laquelle le talent est peu. » Henry de Montherlant

« Suarès n’était pas un sceptique. C’était un convaincu. Il était militant. C’était un anarchiste à tendance philosophique, dans le genre du prince Kropotkine. » Blaise Cendrars

Anddré Suarès (1868-1948) a été compté au rang des plus grands écrivains de sa génération, comme ses amis Paul Claudel, André Gide, Romain Rolland ou Charles Péguy. Essayiste, polémiste, critique et, avant tout, poète, ce « pilier de la NRF » a composé son oeuvre dans une langue souveraine.